Eau
|Asie

La Jordanie : un pays assoiffé, en état d’urgence

La Jordanie est le 4ème pays le plus pauvre en eau du monde. Elle dispose de 156 m3 d’eau par habitant et par an, une quantité bien inférieure au seuil de pénurie d’eau fixé à 1000 m3, et également en dessous du seuil de pénurie absolue fixé à 500 m3 d’eau par an et par personne. Cette pénurie s’aggrave d’année en année, sous l’effet notamment de la croissance démographique et du réchauffement climatique : en 1990, le pays disposait de 224 m3/habitant/an tandis qu’en 2025, il ne devrait disposer que de 90 m3. En comparaison, la France dispose de 3000 m3/habitant/an, les Etats-Unis de 9000 m3/habitant/an.

SUEZ est présent en Jordanie depuis 1999 où il a notamment assuré la gestion des services de l’eau d’Amman, jusqu’en 2006 ; la construction de l’usine de dessalement de Wadi Ma’in pour alimenter Amman en eau et traite les eaux usées de la capitale, jusqu’à leur réutilisation pour l’agriculture de la région, à As Samra. Le Groupe dispose aujourd’hui d’une expertise et d’une bonne connaissance des problématiques en eau du pays et souhaite continuer à accompagner les autorités dans la gestion de leur ressource en eau, notamment au travers du développement de solutions alternatives.

La Station d’épuration d’As Samra, la plus grande usine de recyclage des eaux usées de Jordanie

Dans un contexte global de hausse du prix de l’énergie et dans une région du globe qui cumule croissance démographique et rareté de l’eau, la production d’une eau de qualité et la maîtrise de la consommation énergétique des infrastructures de traitement d’eau est un défi central. Sur le site d’As Samra, SUEZ déploie son savoir‐faire afin de fournir à la Jordanie un service d’eau de qualité tout en en maîtrisant l’empreinte énergétique.

La station de traitement des eaux usées d’As Samra est un élément clef de la stratégie mise en œuvre par les autorités jordaniennes pour préserver la ressource en eau et répondre aux enjeux énergétiques. En effet, elle produit plus de 70% de l’ensemble de l’eau traitée en Jordanie, est auto‐suffisante à 80% en énergie et fournit 10% des ressources en eau du pays utilisées pour l’agriculture.


Centre de traitement des eaux usées d’As Samra – Copyright : ADAM’S Production Studio

SUEZ a inauguré en octobre 2015 l’extension de la station d’As Samra. Cette inauguration s’inscrit dans le cadre du contrat de partenariat public‐privé de 25 ans confié, en 2012, par le Ministère jordanien de l’Eau et de l’Irrigation au consortium Samra Project Company composé de SUEZ et son partenaire Morganti pour l’agrandissement de l’usine de traitement des eaux usées d’As Samra. Le montant du contrat s’élève à 270 millions de dollars américains dont 93 millions sont issus d’une subvention du programme américain Millennium Challenges Corporation (MCC). Ce contrat fait suite à un premier contrat attribué en 2002 par le Ministère de l’Eau et de l’Irrigation à Samra Project Company pour la conception, le financement, la construction et l’exploitation de la station de traitement des eaux usées d’As Samra. Il s’agit du premier contrat BOT (Build, Operate, Transfer) signé en Jordanie. Conçue pour produire une eau traitée d’excellente qualité afin de réduire l’utilisation d’eau potable dans les secteurs agricole et industriel, l’usine d’As Samra est autonome à 80% en énergie. Des turbines hydrauliques installées en amont et en aval, associées à des moteurs à gaz alimentés par le biogaz de digestion des boues, permettent de produire plus de 80 % de l’électricité nécessaire au processus de traitement.


Centre de traitement des eaux usées d’As Samra – Copyright : ADAM’S Production Studio

L’extension inaugurée en 2015 a permis d’accroître la capacité de l’usine de 267 000 à 365 000 m3 par jour afin de répondre aux besoins en assainissement d’une population estimée de 3,5 millions d’habitants, soit plus de 40% de la population du pays. Le projet a également contribué au développement de la vie économique locale en créant des emplois et en fournissant l’eau nécessaire à l’irrigation des cultures.

  • 3,5 millions d’habitants dans l’agglomération du grand Amman
  • Réduction des émissions de 300 000 tonnes de CO2 par an grâce à la production d’énergies renouvelables
  • 230 000 kWh d’énergie verte produite par jour
  • 80% d’autosuffisance en énergie grâce au biogaz et à l’énergie hydraulique produite sur place