Océans

La préservation des océans commence à terre : les enjeux d’une décennie

par Jean-Louis Chaussade, Directeur Général de SUEZ

En quelques années, l’alarme déclenchée sur l’état des océans devient un vacarme salutaire poussant à l’urgence d’agir : le réchauffement climatique, la pollution, l’urbanisation galopante des côtes, engendrent une dégradation sans précédent de la qualité des océans - première ressource en eau de la planète qui occupe plus de 70 % de sa surface.

L’océan, premier régulateur du climat est enfin entré en 2015 dans les débats de la COP 21 et mentionné dans l’Accord de Paris. En juin 2017 à New York, la conférence internationale des Nations Unies sur la mise en œuvre de l’Objectif de Développement Durable 14 a été le coup d’envoi de nombreux événements et débats à travers le monde, et pour la 1ère fois également le Forum Mondial de l’Eau qui s’est tenu en mars dernier à Brasilia s’est penché sur la question de la protection des océans.

En prenant part à ces débats, le Groupe SUEZ démontre son engagement fort pour réduire la pollution en mer, issue à plus de 80 % des activités humaines à terre.

 

Plastique – le nouveau défi posé aux océans

La présence des plastiques est particulièrement alarmante – on estime que 8 à 12 millions de tonnes sont déversées chaque année dans les océans. La production mondiale de plastique s’élève à 300 millions de tonnes par an, dont à peine 25 % sont recyclés !

L’urgence est de retenir la pollution à terre. Notre responsabilité est à la fois collective et individuelle pour déployer des solutions de toutes natures : de la sensibilisation des citoyens aux gestes de tri, à la mise en place d’une économie circulaire. Pour remplacer l’approche linéaire de production par des incitations à la réduction, au recyclage des déchets, en particulier plastiques, jusqu’à l’écoconception.

 

Eaux usées et eaux pluviales : véhicules terrestres de la pollution océanique

L’accroissement de la population mondiale, des eaux usées et le recours accru aux engrais azotés depuis les années 50 ont multiplié par trois le volume des nutriments dans les océans par rapport à l’ère préindustrielle. On compte aujourd’hui plus de 500 zones en manque d’oxygène dans les océans.

Les impacts des événements climatiques qui augmentent en fréquence et en intensité mettent également l’accent sur la nécessité de canaliser et traiter les eaux pluviales, les eaux usées, les rejets industriels.

Dans sa feuille de route de développement durable, SUEZ a pris des engagements mesurables pour l’ODD 14, en faveur des Océans, mais aussi pour l’ODD 6, qui prévoit l’accès à l’eau et à l’assainissement pour tous. Pour atteindre cet objectif d’ici à 2030, il faut étendre l’accès aux services d’assainissement des eaux usées à 2,32 milliards de personnes, soit 154 millions de personnes en moyenne par an !

 

Agir ensemble

Chaque année, le 8 juin, la Journée Mondiale de l’Océan, met en lumière les actions déployées par les gouvernements, les collectivités locales, les chercheurs, les acteurs issus des secteurs publics et privés, les industriels, les ONG, les citoyens. Depuis 4 ans, SUEZ est engagé aux côtés de la Commission Océanographique Intergouvernementale de l’UNESCO pour porter haut et fort les messages de cet événement international dédié à nos océans, notamment via sa plateforme mondiale donnant une visibilité aux actions et acteurs de la protection de l’océan, à tous niveaux. Les actions citoyennes de collectes de déchets sur les littoraux et les bassins versants se démultiplient. SUEZ y a sa part à travers l’initiative #suez4ocean. Depuis son lancement en juin 2017, plus de 40 collectes des déchets ont été organisées dans 15 pays, mobilisant près de 1500 gardiens de l’océan qui ont ainsi évité à leur échelle que 13 tonnes de déchets ne se retrouvent dans les océans.

La Décennie des Nations-Unies pour les Sciences Océaniques au service du Développement Durable (2021-2030) mettra l’accent sur la nécessité de développer les connaissances scientifiques des océans afin de mettre en œuvre des solutions concrètes pour leur utilisation durable. SUEZ soutient la Commission Océanographique Intergouvernementale de l’UNESCO qui s’est vue confier par l’ONU les rênes de la préparation de cette étape importante. Ces connaissances partagées permettront de nourrir les innovations et les solutions, les politiques nationales et les actions locales, l’éducation et la sensibilisation des citoyens. Pour aller plus vite, plus loin, ensemble.