Retour à la page d'accueil

À Santiago du Chili, les stations d’épuration produisent de l'énergie à partir de biogaz

Pour traiter les eaux urbaines de la moitié de la population de Santiago (qui compte environ 3,7 millions d'habitants), Aguas Andinas, la principale société d'assainissement et de gestion de l'eau potable du Chili, a confié à SUEZ la construction de la plus grande station d’épuration des eaux usées d'Amérique Latine, dotée d'une capacité de 8,8 m³/s. Fin 2000, les eaux usées du Grand Santiago étaient traitées dans deux stations principales : El Trebal et La Farfana. En 2011, SUEZ a participé au projet de rénovation de la station existante d'El Trebal et de construction de la nouvelle installation de Mapocho.
La mission

Après la construction de La Farfana en un temps record, la rénovation d'El Trebal et la construction de Mapocho, SUEZ s'est engagé dans la politique d'assainissement et de gestion de l'eau de la Région Métropolitaine de Santiago en prenant en charge l'exploitation et la maintenance de ces trois stations d'épuration (STEP) qui bénéficieront de toute son expérience en infrastructures de traitement des eaux usées.

 

SUEZ met en œuvre une série d'améliorations, dont l'utilisation de 100 % du biogaz qui sera produit après l'agrandissement de la station d’épuration de Mapocho-Trebal, et l'optimisation des processus existants de façon à doubler la capacité de traitement des effluents urbains du site de Mapocho-Trebal. La capacité actuelle de 380 000 m3 / jour (adaptée à 2 millions d'habitants) sera donc étendue à 760 000 m3 / jour (4 millions d'habitants).

 

Cette mission comprend également la conception et la construction d'une station de traitement pour éliminer l'azote provenant des retours de la déshydratation des boues digérées de La Farfana et de Mapocho-Trebal, ainsi qu'une modernisation des équipements pour exploiter au maximum le potentiel énergétique des installations généré par la digestion des boues, la récupération de chaleur et la production d'électricité, conformément à l'objectif d'Aguas Andinas. Par ailleurs, nous nous sommes fixés comme objectif d'utiliser 100 % du biogaz produit, en vue de produire de l'énergie électrique et thermique.

Notre solution

Exploitation, maintenance et amélioration des stations d’épuration des eaux usées du Grand Santiago

Pendant les dix ans d'exécution du contrat, nous sommes en charge de l'exploitation et de la maintenance continue des stations de Mapocho-Trebal et de La Farfana appartenant à la société d'assainissement Aguas Andinas, ainsi que de l'optimisation permanente des processus existants.

En outre, nous assurons le traitement de certains composés azotés provenant des retours de la déshydratation des boues digérées des stations d’épuration de La Farfana et de Mapocho-Trebal. Cela implique une dé-ammonification reposant sur l'utilisation du processus biologique Anammox d'oxydation anaérobie de l'ammonium par les nitrites. Ce processus représente une solution alternative économique notamment en raison de ses coûts inférieurs et son respect de l'environnement par rapport aux processus traditionnels d'élimination de l'azote par nitrification et dénitrification.

Ce processus biologique se déroule en deux étapes :

  • Première phase aérobie : nitritation partielle de l'ammonium (NH4+) présent dans les retours de la déshydratation des boues digérées, en présence de bactéries oxydant l'ammonium (AOB, Ammonium Oxidizing Bacteria).
  • Seconde phase anaérobie : Les nitrites (NO2-) formés réagissent avec l'ammonium restant pour générer de l'azote gazeux (N2). Les bactéries responsables de cette transformation sont désignées sous le nom générique de « bactéries anammox », abréviation de l’anglais « anaerobic ammonium oxidation ».
  • Le procédé ne nécessite pas d'apport de carbone biodégradable comme pour une dé-ammonification classique. Ce carbone disponible augmente les capacités de production de biogaz.

 

Mapocho-Trebal

Par ailleurs, l'agrandissement de la centrale de cogénération de Mapocho-Trebal est constitué de deux unités de cogénération, et des installations et/ou services nécessaires au fonctionnement des équipements qui seront intégrés à la centrale.

Les nouvelles installations comprendront les unités suivantes :

  • Un groupe générateur à l'intérieur de l'actuelle salle des générateurs
  • Un groupe générateur en conteneur, situé à l'extérieur de l'actuelle salle des générateurs
  • Un système de réduction des NOx (système de catalyse sélective)
  • Système de récupération de chaleur (vapeur et eau chaude)
  • Deux transformateurs de puissance (23/0,4 kV) à l'intérieur de l'actuelle salle des générateurs
Les résultats

SUEZ s'appuie sur les principes de l'économie circulaire en offrant à la région métropolitaine un système d'assainissement permettant de se convertir en biofactory. Ces stations autonomes en énergie, considérées comme référentes dans le monde, garantissent un service de qualité et fournissent à Santiago des ressources hydriques durables.

Les principaux avantages sont les suivants :

  • Optimisation des coûts d'exploitation et de maintenance de la station
  • Respect de la réglementation en vigueur
  • Élimination de l'excès d'azote
  • Rendement élevé de l'élimination de l'azote des retours de la déshydratation des boues digérées aux températures habituelles (aux alentours de 30° C)
  • Faible consommation d'apports chimiques pour l'élimination de l'azote
  • Le traitement de l'azote n'a pas d'effet négatif sur les traitements biologiques existants et consomme peu d'énergie.
  • Obtention d'une production énergétique renouvelable de grande valeur et à bas coût
  • Autonomie et sécurité énergétiques en raison de la stabilité d'approvisionnement, et face à l'évolution future des prix de l'énergie
100
%
du biogaz utilisé
80
%
d'élimination de l'azote ammoniacal

0

consommation d'énergie électrique non renouvelable

Video player thumbnail

[Vidéo] La biofactory La Farfana

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherches les plus fréquentes
TOP