Accompagner le Sénégal dans ses besoins en eau et en assainissement

La croissance démographique et urbaine du Sénégal a pour conséquence des besoins grandissants en eau. Depuis plus de 20 ans, SUEZ accompagne le Sénégal dans son développement avec la conception et la construction d’usines de traitement d’eau. Le groupe gère aujourd’hui l’exploitation et la distribution de l’eau potable en zone urbaine et péri-urbaine du pays avec SEN’EAU, dont il est le partenaire technique depuis janvier 2020.
La mission
Le Sénégal a innové dans le secteur de l’eau potable et de l’assainissement en milieu urbain dès 1995, avec la Réforme de Première génération, dont les objectifs ambitieux ont été atteint de façon remarquable.

Aujourd’hui, les besoins en eau sont en croissance rapide : avec une population globale de 15,7 millions d’habitants, la croissance exponentielle portera à 25 millions le nombre d’habitants en 2025 et à 39 millions en 2050.

L’accélération de la croissance démographique et économique du Sénégal, impactée également par les effets du changement climatique, a donné lieu à la Réforme de Deuxième Génération. Cette réforme, à l’origine du nouveau contrat d’affermage, a pour objectif de préparer l’avenir avec la modernisation du service de distribution de l’eau, permise par de nouvelles techniques et méthodes de gestion. Ses actions contribueront à atteindre les objectifs du Plan Sénégal Emergent mis en place par le Président de la République du Sénégal.
Nos solutions

Des infrastructures performantes pour accompagner la croissance de la population

Une présence historique dans le pays

C’est d’abord à travers la construction d’infrastructures que SUEZ a accompagné le Sénégal dans son émergence. En 1999, le Groupe a réhabilité l’usine de traitement d’eau de Ngnith, qui a aujourd’hui une capacité théorique de 45 000 m3/j.
Depuis, trois autres usines de traitement d’eau potable ont vu le jour dans le nord-ouest du pays, à Keur Momar Sarr. Keur Momar Sarr 1 et 2 produisent plus de 130 000 m3/j. Les stations ont été assemblées en 2 phases de 65 000 m3/j chacune entre 2004 et 2011. Keur Momar Sarr 3, en fonctionnement depuis juillet 2021, propose une capacité de production de plus de 200 000 m3/j.

Par ailleurs, SUEZ et son partenaire, Consortium d’Entreprises (CDE), sont en charge de la conception et la construction de la station de traitement des eaux usées de la Baie de Hann. D’une capacité de 26 000 m3/jour, cette station d’épuration s’inscrit dans le cadre du Programme de Dépollution de la Baie de Hann entrepris par le gouvernement sénégalais. Elle permettra la préservation de l’écosystème marin de la baie et l’amélioration de la situation sanitaire pour 500 000 habitants de 9 communes de Dakar.
Les résultats

Un défi relevé : Une eau de qualité, en quantité suffisante

Produire et distribuer de l’eau potable 24h/24, 7j/7 à 7 millions d'habitants

Depuis le 1er janvier 2020, SEN’EAU, dont SUEZ est le partenaire technique de référence, est l’entreprise en charge de la production et la distribution de l’eau dans les zones urbaines et péri-urbaines du Sénégal.
SEN’EAU est une société de droit sénégalais avec un actionnariat majoritairement sénégalais (55 %), dont la structure du capital après la phase dite de « portage » est la suivante : SUEZ 45 % ; Etat Sénégalais (via FONSIS) 24 % ; Partenaires Sénégalais 20 % ; Salariés du secteur 11 %.
  • Client : la Société Nationale des Eaux du Sénégal (SONES), société anonyme à capitaux publics, concessionnaire de l’Etat pour la g estion du patrimoine hydraulique urbain / Ministère de l’Eau et de l’Assainissement
  • Durée du contrat : 15 ans

Dès son installation, le 1er défi de SEN’EAU a été de faire face au déficit structurel de production de plus en plus prononcé en raison d’une forte croissance démographique et d’une intensification des activités dans les villes. SEN’EAU a su répondre à cet enjeu majeur avant la mise en service de Keur Momar Sarr 3, à travers « Travaux de la pointe 2020 », un programme d’apport d’eau supplémentaire. Ce programme a permis d’injecter dans le réseau 47 000 m3 de plus par jour.

98% de dakarois maintenant alimentés 24h/24

En 2021, plus de 183 millions de m3 ont été distribués, soit 20 millions de plus qu’en 2019.
Ainsi, les quartiers déficitaires en eau sont aujourd’hui alimentés en continu.
Ces résultats ont été possibles grâce :
  • à l’ingénierie de SEN’EAU qui a permis de distribuer l’eau produite par la nouvelle usine dans tous les quartiers de Dakar et sa banlieue
  • au programme d’entretien et de régénération des forages qui ont permis d’accroître la production

L’eau, la ressource la plus surveillée au Sénégal

SEN’EAU a relevé le défi de la qualité en mettant en place une méthodologie de surveillance continue de la qualité de l’eau qui obéit aux normes de l’OMS. En 2021, les taux de conformité bactériologique et physico-chimique ont atteint tous les deux 97,7 %. Grâce à la mise en service du laboratoire mobile, les temps de transport d’échantillons, qui étaient auparavant très longs entre des régions éloignées et le Laboratoire Central basé à Dakar, ont été considérablement réduits.

Supervision intelligente de la production et la distribution pour une performance optimisée

Depuis janvier 2022, SEN’EAU utilise deux outils digitaux d’aide à la décision, pour la gestion intelligente des réseaux (Centre VISIO) et la supervision des unités de production et de transport d’eau du Sénégal (Point B).

Une relation clientèle qui évolue

SEN’EAU a déployé le système informatique AAR SEN’EAU qui a permis de digitaliser la relève des compteurs d’eau et de la rendre plus fiable. Désormais, les releveurs sont interopérables grâce aux nouveaux équipements numériques. Le basculement des 850 000 clients a été réussi. Ils peuvent dès à présent payer leur facture depuis leur téléphone. Par ailleurs, SEN’EAU et les associations de consommateurs ont co-créé une nouvelle facture, plus simplifiée.

« L’école des plombiers » : accompagner les jeunes vers l’emploi

En 2021, SEN’EAU a créé l’Ecole des plombiers qui cible en priorité des jeunes en insertion âgés de 15 à 20 ans. L’école dispense une formation gratuite et diplômante, « Le Cap Canalisateur Réseau Eau Potable », et am bitionne de former 250 jeunes d’ici 2025.
7 millions
d’habitants desservis en eau potable
20 millions
m3
d’eau fournis en plus par rapport à 2019
98 %
 

de dakarois alimentés en eau 24 h / 24

 

97,7 %
de conformité bactériologique et physico-chimique de l’eau