Le Prix "Accès aux Services Essentiels", d'un montant de 50 000 €, récompense une innovation développée par un organisme à but non lucratif. Il vise à faire le lien entre la recherche appliquée et les projets opérationnels de développement. L'objectif est de faire rayonner auprès du plus grand nombre des innovations afin qu'elles puissent être utilisées par les professionnels du développement dans le secteur de l'eau, de l'assainissement ou des déchets dans les pays en développement. Les innovations, applicables sur le terrain, peuvent être de nature technique, organisationnelle, financière ou sociale ou concerner des outils de diffusion des savoirs.

"Du paysage déserté au paysage reboisé" 

La collecte d'eau de brouillard pour renforcer l'accès a l'eau potable

Le projet de cette association marocaine met en œuvre la nouvelle technologie de « CloudFishers© » (filets « attrape-nuages ») qui collecte l’eau de brouillard, la stocke puis la filtre pour approvisionner des hameaux arides, situés hors du réseau d’alimentation en eau potable, dans les territoires de l’Anti-Atlas, au sud-ouest du Maroc. Le projet inclut la formation des habitants et le partage des savoir-faire en adduction et en installation de filets de collecte de brouillard, aux niveaux national et international. 

Voir la fiche détaillée du projet "Du paysage déserté au paysage reboisé"

325Ko PDF

"Cajouvalor" et "Interk'eau"  

Développement d’une technologie de valorisation énergétique des coques d’anacarde

Ce projet vise ainsi la valorisation énergétique d’un déchet, la noix de cajou, grâce à la mise au point d’un réacteur de pyrolyse dit « H2CP » (High Calorific Cashew Pyrolyser). Le système permet de transformer les déchets issus du décorticage de la noix de cajou en deux types de combustibles : des gaz de pyrolyse alimentant notamment une chaudière, et du Biochar à usage domestique ou professionnel, distribué sous formes de plaquettes aux populations locales en remplacement du charbon de bois (issu de forêts non gérées et menacées).
Le projet CAJOUVALOR a permis le développement d’autres branches de revalorisation des déchets agro-industriels au Burkina Faso : un partenariat avec L’Occitane a été signé pour le recyclage de tourteaux de karité. Devant le succès de CAJOUVALOR en Côte d’Ivoire, un nouveau projet, « Agrovalor », a été lancé, combinant la revalorisation de déchets de l’anarcade et du karité. En 2018, une trentaine de fours CAJOUVALOR sont en cours de construction en Afrique de l’Ouest.

Voir la fiche détaillée du projet "Cajouvalor"

134Ko PDF

"Interk'eau" améliorer durablement l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, au Niger

L’objectif général d‘InterK’Eau est d’améliorer durablement l’accès à l’eau potable et à l’assainissement des 400 000 habitants du canton de Kornaka dans le sud du Niger en innovant par la mise en place d’un service intercommunal de l’eau pérenne. Ses objectifs spécifiques sont donc complémentaires : renforcer les capacités des élus, des administrations, des techniciens et des usagers de l’eau et planifier en même temps des réalisations concrètes qui permettent à tous d’exercer leurs responsabilités sur la gestion des points d’eau.
Le projet d’Eau Vive « Interk’eau » est renouvelé pour une deuxième phase qui commencera en juillet 2019. Depuis la fin de la première phase, la coopération avec la ville de Kornaka a été renforcée, la sensibilisation des élus et les échanges entre les différentes communes du canton se sont poursuivis.

Voir la fiche détaillée du projet "Interk'eau"

2MO PDF

"Biogas plant in Durame Prison, Ethiopia"

Un réservoir de digestion installé pour produire du biogaz à partir des eaux usées et des déchets organiques

Un digesteur produisant du biogaz à partir des déchets de latrine et organiques a été mis en place dans la prison de Durame en Éthiopie. Ce projet a été un véritable succès : il a non seulement permis d’améliorer les conditions de vie et de santé des prisonniers, du personnel de la prison et des riverains, mais également de diminuer l'impact environnemental - par l'obtention d'une énergie renouvelable et la diminution de la déforestation - et économique par la baisse du coût de l’énergie, la diminution de la rotation du personnel, et l'autoproduction d’engrais organiques.

Voir la fiche détaillée du projet "Biogas plant in Durame Prison, Ethiopia"

423Ko PDF

"Club des mères dans la région des savanes au Togo" et "assainissement semi-collectif en Afrique"

Les bonnes pratiques en matière d’eau, d’hygiène et d’assainissement

À travers ce projet, la Croix Rouge cherche à diffuser, en se focalisant sur les femmes, les bonnes pratiques en matière d’eau, d’hygiène et d’assainissement à l’échelle du foyer. Les femmes, traditionnellement gestionnaires du foyer, jouent pleinement leur rôle de pivots intergénérationnels. Ces acquis s’inscrivent dans la durée : la valorisation de leur rôle de mère a facilité l’appropriation par les populations locales de nouveaux ouvrages hydrauliques et l’acquisition de méthodes de gestion efficaces. La méthode développée par le Club des Mères s’est étendue à 24 villages au Tchad, touchant 775 femmes. Ce projet de la Croix Rouge togolaise, en partenariat avec la Croix Rouge française, a tenu ses promesses de renforcement du rôle des femmes au sein de leurs communautés.

Voir la fiche détaillée du projet ""Club des mères dans la région des savanes au Togo"

562Ko PDF

"Appui à l'assainissement semi-collectif dans les quartiers défavorisés de 9 villes d'Afrique francophone"

Une mention spéciale a été attribuée à ENDA Europe, pour le projet : « Appui à l’assainissement semi-collectif dans les quartiers défavorisés de 9 villes d’Afrique francophone ».


Objectifs du projet :

  1. Améliorer l'accès à l'assainissement dans les villes d'intervention : Rufisque, Bignona, Dagana, Saint Louis, Dakar (Sénégal), Ouagadougou (Burkina Faso), Bertoua, Edéa, Douala (Cameroun).

  2. Sensibiliser les populations sur les voies de propagation des maladies liées à l'eau, au manque d'hygiène et à l’insuffisance d'assainissement, et les barrières prophylactiques appropriées.

  3. Promouvoir une gestion intégrée des ressources en eau (GIRE).

Voir la fiche détaillée du projet "Assainissement semi-collectif en Afrique"

1MO PDF

L'innovation technique "LESEAU" et l'organisation "CAWST" 

"LESEAU " nouveau prototype pour un meilleur accès en eau

Pour sa deuxième édition, le Concours Eau pour Tous de la Fondation SUEZ ENVIRONNEMENT – Eau pour Tous a récompensé une innovation technique développée par l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique de Yaoundé (ENSPY) au Cameroun.
Expérimentés depuis 2005, ces récipients de conservation de l’eau présentent une solution aux résultats très prometteurs en matière de santé, en particulier chez les enfants âgés de moins de cinq ans.
En 2009, la phase d’expérimentation a abouti à la mise en place d’un nouveau prototype muni d’un filtre rustique en argile composé d’agents bactéricides comme le colloïde d’argent.

Voir la fiche détaillée du projet "LESEAU"

254Ko PDF

"CAWST", méthode de formation structurée autour de neuf grands thèmes

En 2010, en lui attribuant le Prix Spécial, le jury a récompensé l’originalité du CAWST, (Centre for affordable water and technology) fondé en 2001 par Camille Dow Baker.
Cette organisation canadienne d’engineering a pour objet d’aider les acteurs locaux à trouver et à mettre en place des solutions techniques et managériales adaptées au terrain, en matière d’eau et d’assainissement..
À cet effet, le CAWST propose une méthode de formation structurée autour de neuf grands thèmes tels que le traitement de l’eau, l’assainissement à bas prix ou encore la récupération des eaux de pluie dans les régions défavorisées. Dans une optique de transmission et de transfert de compétence, le CAWST mène une politique de partenariats avec des agences locales, les « WET centres » qui dispensent des services similaires aux siens dans le cadre d’une politique de proximité. Le Prix Spécial 2010 va permettre au CAWST de renforcer et d’élargir sa mission à de nouvelles zones géographiques.

Voir la fiche détaillée de CAWST

244Ko PDF

"Postes de distribution collective" et "Barefoot college "

PDC, des points d'eau courante développée par 2iE

En 2009, pour sa première édition, le Jury du Concours de la Fondation SUEZ ENVIRONNEMENT – Eau pour tous a choisi de primer une technologie développée par l’Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE), situé à Ouagadougou, au Burkina-Faso.
Les Postes de Distribution Collective (PDC) sont des points d’eau courante constitués de plusieurs robinets installés dans un espace public et équipés de compteurs. 
Alternative aux branchements classiques individualisés et aux bornes fontaines, ce projet doit permettre un service amélioré et durable d’approvisionnement en eau à des coûts accessibles pour les populations pauvres des zones urbaines d’Afrique. Expérimenté depuis 2000 dans plusieurs villes secondaires du Burkina Faso et du Mali, le projet a obtenu de très bons résultats.

"Barefoot" un renforcement en compétences

En 2009, le Prix Spécial a été remis au Barefoot College, fondé en 1972 par Monsieur Sanjit Bunker Roy dans l'état du Rajasthan, en Inde. Le Jury a souhaité récompenser l’originalité et la persévérance de ce projet.
Mobilisant les savoirs informels et les expériences locales, le Barefoot College forme les villageois, en particulier les plus pauvres, les illettrés et les femmes, à des métiers pratiques dans des domaines tels que l'eau, l'énergie ou la santé. 
Cette approche de diffusion des savoirs et de renforcement des compétences s'est répandue dans différents états en Inde ainsi qu'en Afghanistan et dans plusieurs pays d'Afrique.