Retour à la page d'accueil

Contribuer à l’émergence de l’agriculture durable de demain

Transition écologique, nouveaux régimes alimentaires, exigences de traçabilité, croissance démographique, besoins en protéines... Autant de défis qui conditionnent le futur de l'agriculture alors que la transition vers une économie circulaire est indispensable. SUEZ innove pour apporter aux agriculteurs des solutions globales et intégrées leur permettant de mieux gérer les ressources.
Les enjeux

Nourrir 1 milliard d’humains supplémentaires en 2030 tout en respectant l’environnement

nourrir la planete picto
Nourrir la planète
etang picto 3
Economiser la ressource en eau
ampoule picto
Economiser l’énergie
qualite des sols picto 3
Préserver la qualité des sols
valoriser les dechets 3
Valoriser les déchets agricoles
stocker le carbone picto 3
Stocker le carbone
La gestion durable des ressources est au cœur des nouveaux modèles agricoles, avec toujours en ligne de mire, le bien-être des populations. Nourrir un nombre grandissant de personnes tout en assurant à chacun un régime alimentaire équilibré et en respectant davantage l’environnement… cela passe par une agriculture qui consomme moins d’énergie, moins d’eau, préserve plus efficacement la qualité des sols et valorise davantage ses déchets. Pour relever ces défis, les agriculteurs jouent un rôle clé dans la transition vers un modèle agricole circulaire.
Nos innovations

La technologie au service des ressources en eau

La sécurité alimentaire passe en premier lieu par la disponibilité de l’eau indispensable à la production agricole. Or actuellement, l’agriculture compte pour 70 % de la consommation d’eau dans le monde. Un chiffre pouvant atteindre 90 % dans certains pays. Alors que bon nombre d’entre eux font face à des situations de stress hydrique de plus en plus sévères, il s’avère urgent d’utiliser l’eau plus efficacement dans l’irrigation.

Arrosage agricole
"Seulement 20 % des terres dans le monde sont irriguées. Sur ces 20 %, 80 % sont inondées : une technique très peu efficace. Sur les 20 % qui restent, seules 5 % utilisent des micro-technologies qui permettent une utilisation optimale de l’eau. Au total, le gâchis d’eau est énorme. Le potentiel d’amélioration dans ce domaine est immense."

Juan Antonio GuijaroDirecteur Général de SUEZ Advanced Solutions

Moderniser et améliorer l’irrigation des terres

Nous avons développé une technologie d’irrigation intelligente fondée sur l'utilisation de données météorologiques, cartographiques et hydrologiques qui, grâce à des algorithmes experts, permet ainsi aux agriculteurs d’optimiser leur consommation en eau, énergie et engrais tout en maintenant ou augmentant leur production. 

Utiliser les eaux usées épurées pour irriguer les terres

Une gestion plus rationnelle de la ressource en eau, bien qu’indispensable, ne sera pas suffisante pour lutter contre le stress hydrique, lequel pourrait concerner 40 % de la population mondiale d’ici 2035. Il faudra par conséquent accroître le recyclage des eaux usées à des fins notamment agricoles, qui ne concerne aujourd’hui que 2 % des eaux usées collectées. 

Un domaine dans lequel nous sommes à la pointe, avec 800 millions de m3 d’eaux usées recyclées chaque année. Nous avons d’ores et déjà atteint notre ambition de tripler notre capacité de production en eaux alternatives (recyclage des eaux usées, dessalement) d’ici 2030, afin de préserver la ressource en eau face aux conséquences du dérèglement climatique. Grâce à des techniques de traitement telles que les ultraviolets, l’osmose inverse ou la filtration membranaire, nous savons recycler les eaux usées avec un niveau de qualité adapté à chaque usage. Les membranes d’ultrafiltration étant particulièrement efficaces pour proposer une eau adaptée à l’agriculture et à l’industrie. Or aujourd’hui, seuls 2 % des eaux usées collectées sont réutilisées.

Développer une agriculture périurbaine grâce à une approche innovante et globale 

Le bassin métropolitain lyonnais est un territoire d'une richesse indéniable disposant de terres agricoles abritant sur près de 10 000 hectares différentes filières : élevage, maraîchage, arboriculture, céréaliculture et horticulture. Cet équilibre entre ville et campagne est toutefois menacé par l'accroissement des besoins en irrigation et en énergie, la raréfaction des terres agricoles à mesure que le paysage urbain s'étend et se densifie et par l'augmentation des coûts de transport qui freine le développement d'un circuit de consommation de proximité. 

Face à ces enjeux économiques, sociaux et environnementaux plusieurs acteurs, nous avons élaboré une solution avec la Chambre d'agriculture du Rhône, le syndicat mixte hydraulique du Rhône (SMHAR), Blue Line Logistics, Eiffage Energie/Route : le projet Agriculture Périurbaine Innovante (API). Lancée en novembre 2018, cette initiative a pour objectif donner un nouvel élan à cet écosystème agricole tout en répondant aux exigences de sécurité alimentaire et de préservation des ressources locales. 

technologie ressources eau

Elle a été conçue autour de trois axes : (1) La gestion raisonnée de la ressource en eau s'appuie sur la mise à niveau du réseau d'irrigation pour la production ou le stockage d'énergie et sur la réalimentation des nappes phréatiques ; (2) L'adaptation des filières agricoles aux besoins agroalimentaires des Lyonnais permettra à la fois de développer des circuits de proximité, de renforcer l'autonomie alimentaire et de créer du lien entre les citoyens-consommateurs et les agriculteurs ; (3) La mise en place d'un système d'acheminement moins polluant pour le dernier kilomètre, grâce au transport fluvial et aux véhicules électriques, permettra de lutter contre la pollution atmosphérique.  
Trois territoires périurbains ont été sélectionnés pour la phase pilote du projet en cours de développement. API a pour vocation de se déployer dans l'ensemble de la région. Cette initiative permettra à terme de concevoir un nouveau modèle d'agriculture plus éco-responsable, circulaire, valorisant les cultures locales et préservant un équilibre avec le milieu urbain.

Une gestion vertueuse des produits de fertilisation des sols

Aujourd’hui, le système alimentaire consomme des ressources non renouvelables et engendre des déchets non recyclés. Le développement de l’économie circulaire au sein de ce système pourrait permettre d’en améliorer l’efficacité à différents niveaux : économique (économie d'énergie, de matière, valorisation de produits, etc.), environnemental (recyclage et valorisation des déchets, réduction de la pollution des nappes et des sols, etc.), social (responsabilisation des acteurs, etc.), nutritionnel (recyclage de nutriments provenant de déjections animales en engrais, etc.). L'économie circulaire est donc la clé de voûte d'une agriculture durable. Cela passe notamment une gestion plus vertueuse des produits de fertilisation.
Seedlings in compost
"A ce jour, les engrais – azote, phosphore, etc. – sont très majoritairement produits à partir de ressources non renouvelables (mines, usines de transformation de l’azote atmosphérique…) Nous proposons aux agriculteurs des engrais issus de l'économie circulaire, du recyclage."

Laurent GaltierResponsable de l’activité organique Direction de l’Innovation, du Marketing et de la Performance Industrielle

Rendre le phoshore des eaux usées valorisable en agriculture

Notre procédé Phosphogreen permet de valoriser sous forme d’engrais le phosphore contenu dans les eaux usées. Cette récupération est fondamentale dans la préservation des réserves de phosphates qui tendent à s’épuiser et dont le prix ne cesse d’augmenter. 20 % de la demande mondiale actuelle en phosphore pourrait être couverte par la récupération dans les eaux usées.


Développer des amendements organiques enrichis répondant aux besoins des agriculteurs

S’agissant d’amendement organique, le retour au sol de la matière organique est le meilleur moyen de préserver la qualité des sols dans la durée tout en diminuant l’utilisation d'intrants chimiques. 

SUEZ Organique, notre filiale, s'est associée avec le groupe Avril  au sein de la joint-venture TERRIAL pour constituer un acteur à la pointe sur le marché des engrais et des amendements organiques en France. 

Mieux comprendre les besoins des agriculteurs et des coopératives agricoles, fluidifier la demande, développer la valeur des composts par une gamme élargie d’amendements organiques enrichis, tels sont les enjeux de ce partenariat. La coopération avec le monde agricole est par ailleurs essentielle pour pérenniser l’amendement des sols en matière organique en renforçant toujours davantage la traçabilité des épandages.

Pour aller plus loin :

A regarder sur le site :

Des déchets agricoles transformés en énergie

Complémentaire au compostage, il existe une autre voie de valorisation des déchets agricoles : la méthanisation. Une énergie à la fois renouvelable et locale.
straw
"Nous travaillons de plus en plus avec les agriculteurs, à la fois pour approvisionner leurs méthaniseurs et trouver des débouchés de valorisation de leurs co-produits, résidus de céréales, pailles, cannes de maïs, etc. dans nos propres méthaniseurs."

Anne-Valérie GoulardPDG de SUEZ Organique

Organix, une place de marche digitale unique

Nous avons développé Organix : une place de marché digitale met en relation les producteurs de déchets organiques – notamment agricoles – avec les utilisateurs et les exploitants de méthaniseurs, qui transforment ces déchets en énergie. Organix traite en effet des flux variés (pépins de raisins, produits alimentaires déclassés ou périmés, etc.). Leurs producteurs (coopératives agricoles, industriels de l'agroalimentaire ou du secteur pharmaceutique) peuvent, quant à eux, commercialiser leurs déchets sur la base d'un système d'enchères.
Recherches les plus fréquentes
TOP