Retour à la page d'accueil

Créer de nouvelles ressources en eau

Avec l’accroissement de la population et l’urbanisation croissante, la pression sur la ressource en eau est forte. Pour y faire face, SUEZ travaille au développement de solutions innovantes comme la réalimentation des nappes phréatiques, le dessalement ou encore la réutilisation des eaux usées.

Les enjeux

Préserver la ressource en eau

Economiser la ressource en eau
Limiter les prélèvements dans les nappes phréatiques
Exploiter de nouvelles ressources pour produire de l’eau potable
Nos innovations

Réalimenter artificiellement les réserves souterraines pour préserver les nappes phréatiques

Plus de 2 milliards de personnes dépendent des nappes phréatiques pour leur accès à l’eau potable. Chaque année, ce sont près de 1 000 km3 d’eau qui sont prélevés dans le monde. Un besoin croissant, auquel s’ajoute la surexploitation de certaines nappes phréatiques, qui nécessite de développer de nouvelles solutions pour contrôler et réalimenter les réserves d’eau souterraines.

géofiltration SUEZ
Avec la géofiltration, SUEZ a développé un processus de filtration de l’eau parfaitement écologique et ne nécessitant aucun produit chimique permettant de réalimenter les nappes phréatiques.

Mieux lutter contre les pénuries d’eau

Régulièrement touchée par la sécheresse, la commune d’Hyères les Palmiers, dans le sud de la France, subit une demande croissante en eau potable en période estivale. Ses nappes phréatiques ont été surexploitées et le volume d’eau douce n’a alors cessé de baisser jusqu’à se retrouver en dessous du niveau de la mer. Conséquence : l’eau salée progresse jusqu’à se mélanger à l’eau douce.
Pour éviter cette intrusion, la solution consiste à venir puiser en hiver, période pendant laquelle le niveau d’eau est élevé, l’eau du canal Jean Natte avant de la réinjecter dans la nappe : une réalimentation artificielle actuellement en phase de test. Cette solution permet  de rétablir le niveau de la nappe, d’éviter les intrusions et ainsi de maintenir tous les usages.

La géofiltration, un procédé d’épuration écologique

Avec la géofiltration, SUEZ a développé un processus de filtration de l’eau parfaitement écologique et ne nécessitant aucun produit chimique. Son application sur la zone de l’étang du Gallardon (France) est un exemple remarquable.
L’eau est pompée dans la nappe alluviale de la Seine avant d’alimenter l’étang, s’oxygénant au passage. Elle s’infiltre ensuite naturellement de l’étang vers la nappe phréatique. Le passage successif d’un milieu oxygéné vers un milieu pauvre en oxygène permet une épuration naturelle de l’eau se traduisant par une élimination quasi-totale d’éléments tels que le fer, le manganèse, l’ammonium et les nitrates.

Pour aller plus loin :

Dessaler l’eau de mer grâce aux énergies renouvelables

SUEZ s’est lancé un défi à Masdar, la future ville verte d’Abou Dhabi, aux Emirats Arabes Unis : dessaler l’eau de mer pour la rendre potable en utilisant des énergies renouvelables. Le Groupe s’est ainsi vu confier la conception, la construction et l’exploitation d’une unité pilote de dessalement unique au monde.
usine de dessalement SUEZ à Abu Dhabi
”SUEZ teste et développe des solutions alternatives pour réduire l’impact environnemental du dessalement et pour protéger et gérer durablement la ressource en eau limitée, notamment au Moyen-Orient”

Pierre PauliacDirecteur général de SUEZ au Moyen-Orient

Retenir 99,9 % des sels présents dans l’eau de mer

L’osmose inverse est la technologie de pointe choisie par SUEZ pour le dessalement des eaux salées. L’osmose inverse permet de retenir plus de 99 % des sels dissous présents dans ces eaux. À l’origine de cette performance, un filtre membranaire qui, mis sous pression, retient les molécules de sel mais laisse passer les molécules d’eau. L’eau douce est ainsi récupérée, puis soumise à de nombreux contrôles avant d’être distribuée, tandis que le sel est dilué et réintégré dans le milieu marin.
En 2017, la mise en œuvre de cette technologie par le Groupe profite déjà à 10 millions de personnes à travers le monde.

Produire de l’eau potable en recourant aux énergies renouvelables

A Masdar (Abou Dhabi), SUEZ a construit une unité pilote de dessalement d’eau de mer particulièrement innovante et ambitieuse en termes de performances énergétiques et environnementales.

Pour Masdar, l’enjeu est important car la ville nouvelle est au cœur d’une région qui fait face à une forte croissance de sa population et à un développement économique soutenu alors même que ses ressources en eau sont limitées. Elle s’est d’autre part fixé pour ambition de devenir à terme un territoire à énergie positive.

Pour répondre à ces enjeux, SUEZ a travaillé sur 2 axes :

  • La mise en œuvre d’une technologie de rupture ayant un potentiel de réduction de la consommation électrique de 25 %.
  • L’évaluation technico-économique des différentes solutions de production d’énergie solaire et de stockage d’énergie en vue d’alimenter les futures stations de dessalement.

En contribuant à ce projet, l’objectif de SUEZ est de développer des solutions durables d’accès à l’eau, aussi bien dans cette région aride que dans le reste du monde, conformément à sa volonté d’offrir des solutions globales de gestion durable des ressources.

Avec ce contrat de recherche, SUEZ souhaite aussi conforter son leadership mondial dans le dessalement de l’eau de mer par osmose inverse. Le Groupe a construit à ce jour plus de 255 usines équipées de cette solution.

 

Concevoir des procédés de gestion des eaux industrielles plus durables

Aux côtés de ses différents partenaires, SUEZ travaille activement à la définition de nouveaux process de gestion des eaux industrielles, à l’instar du projet E4Water. Ce consortium européen, qui réunit 19 partenaires (grands industriels de la chimie, spécialistes du traitement de l’eau, centres de recherche et universités), s’est associé pour trouver des solutions environnementales concrètes.
station d'épuration SUEZ
A travers le projet E4Water, SUEZ s’engage pour trouver des solutions environnementales concrètes pour les clients industriels concernant la réduction de leurs prélèvements d’eau ou de leur consommation d’énergie par exemple.

Réduire l’impact global sur l’environnement

E4Water a pour ambition de développer, tester et valider de nouvelles approches intégrées, des méthodologies et des procédés pour une meilleure gestion des eaux industrielles via notamment, le recyclage des eaux usées.
L’enjeu pour l’industrie est de réduire les prélèvements d’eau de 20 à 40 %, les rejets aqueux de 30 à 70 %, l’énergie utilisée de 15 à 40 % et les coûts associés, jusqu’à 60 %.

Définir de nouveaux procédés industriels

Dans ce consortium, SUEZ s’engage dans des projets spécifiques associant deux de ses clients industriels, Total Refining & Chemicals et Procter & Gamble. Des procédés industriels robustes et de pilotage commencent à faire l’objet de recommandation d’utilisation et à être déployés par certains industriels, les plus contraints en ressource hydrique.

Pour aller plus loin :

Recherches les plus fréquentes
TOP