Climat

[COP24] SUEZ publie sa contribution au dialogue de Talanoa

A l’heure de la COP24*, SUEZ publie sa contribution au dialogue de Talanoa pour mettre en avant l’urgence de généraliser le modèle de l’économie circulaire afin d’assurer une transition bas-carbone juste et durable. Le dialogue de Talanoa est un dialogue entre les Etats et les acteurs non-étatiques qui vise notamment à s’accorder sur un modèle de développement bas-carbone inclusif et équitable, et à informer les gouvernements des solutions climat existantes pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.

Le dialogue de Talanoa est structuré autour des objectifs suivants : faire le point sur les efforts collectifs accomplis jusqu’à présent par les Etats et les acteurs non-étatiques pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et s’adapter aux conséquences du changement climatique, s’accorder sur un modèle de développement bas-carbone inclusif et équitable, et informer les gouvernements des solutions climat existantes pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.
 
La présidence fidjienne a renommé ce processus « Dialogue de Talanoa » lors de la COP23 en référence à un mode de discussion traditionnel fidjien visant à résoudre les conflits et à construire de l’empathie en partageant des histoires dans le but de prendre des décisions sages dans le sens de l’intérêt collectif.
 
A l’heure de la COP24, SUEZ publie sa contribution au dialogue de Talanoa pour mettre en avant l’urgence de généraliser le modèle de l’économie circulaire afin d’assurer une transition bas-carbone juste et durable : 
 
Le réchauffement climatique dépasse les prévisions : redoublons d’effort !
 
Les conclusions du dernier rapport des experts scientifiques du GIEC en attestent : il sera difficile de maintenir la hausse des températures en dessous de 1.5°C d’ici à 2100. L’objectif de l’Accord de Paris est encore atteignable pourvu que la mobilisation soit rapide, collective et d’une ampleur sans précédent.
 
Depuis 2015, nous nous sommes fixés, l’objectif de réduire de 30% les émissions de gaz à effet de serre de notre entreprise. Pour cela, nous nous sommes engagés à concevoir de nouveaux modèles de croissance moins consommateur de ressources et moins émetteur de CO2, notamment grâce à la mise en place d’un prix interne du carbone favorisant l’innovation dans les domaines de l’économie circulaire et de la transition énergétique.
 
Parallèlement, nous nous sommes engagés à faire éviter à nos clients plus de 60 millions de tonnes de gaz à effet de serre d’ici 2021, en générant davantage d’énergie renouvelable à partir des déchets et des eaux usées et en augmentant la commercialisation de matières premières secondaires issues du recyclage.
 
Il reste que l’eau est la première victime du réchauffement global, c’est pourquoi nous avons également pris l’engagement d’économiser l’équivalent de la consommation d’une ville de plus de 2 millions d’habitants d’ici 2021 et de multiplier par 3 notre offre en eaux alternatives issues de la réutilisation des eaux usées et du dessalement d’ici 2030.
 
Le défi reste immense, c’est pourquoi nous devons agir collectivement, Etats, collectivités locales, institutions, industriels, citoyens, consommateurs et salariés. Il est urgent d’accélérer !

*La COP24 se déroule du 2 au 14 décembre 2018 à Katowice en Pologne.