Climat

[COP24] La biofactory La Farfana au Chili récompensée par les Nations-Unies

Pour la 2e année consécutive, SUEZ a reçu le prix Momentum for Change des Nations Unies. Le 11 décembre 2018, lors de la COP24 en Pologne, la station d’épuration de La Farfana à Santiago du Chili, 1re biofactory au monde, a été récompensée.

Située à l’ouest de Santiago du Chili, la station d’épuration de La Farfana est l’une des réponses concrètes de SUEZ au défi du changement climatique. Elle est l’une des 5 plus grandes stations au monde et contribue à dépolluer les eaux usées des 7 millions d’habitants du Grand Santiago.

L'ambition de La Farfana, 1ère biofactory au monde, va bien au-delà : elle est d'atteindre un objectif de 0 déchets, 0 impact environnemental, 0 énergie fossile consommée. La station valorise 100% des eaux usées en les transformant en nouvelles ressources telles que le biogaz pour la production d'électricité et de chaleur ou les boues en engrais pour les agriculteurs de la région.. 100 % du biogaz produit à partir des boues d'épuration est réutilisé.

Le 11 décembre 2018, La Farfana a reçu le prix “Momentum for Change”. Conduite par les Nations-Unies, cette initiative met en lumière les projets les plus innovants à travers le monde pour lutter contre le changement climatique.

Le concept de biofactory est appliqué à l'ensemble des stations d’épuration du Grand Santiago soit La Farfana, Mapocho et El Trebal. La station de La Farfana est la plus importante en termes de capacité. Les 3 stations produisent grâce à la valorisation des boues 49 millions KWh d’électricité, soit la consommation annuelle de 50 000 habitants, et produisent 177 Kwh de gaz naturel, soit la consommation annuelle de 22 500 habitants.

Qu'est-ce qu'une biofactory ?

Une biofactory ou "bio-usine" est une station qui fonctionne selon les principes de l'économie circulaire. La station d'épuration devient un centre de production de ressources (eau, nutriments, biosolides) et d’énergie (biométhane, électricité, chaleur) dont l’impact environnemental (bruits, odeurs, intégration paysagère) est réduit au maximum.

C'est une usine qui limite autant que possible l'utilisation de combustibles fossiles, en produisant sa propre énergie, et la production de déchets. L'objectif est d'atteindre l'autonomie énergétique et le "zéro déchet".

La biofactory s'appuie sur des procédés de traitement les plus naturels possibles. Sont ainsi minimisées les consommations en réactifs et les dépenses énergétiques. Un traitement de l’azote sobre en énergie associé à une transformation du carbone en biométhane et biosolides secs (boues ultra-déshydratées) en fait une usine à énergie positive.